Accès aux textes médiévaux, du Moyen Âge au XVIIIe siècle


Ce colloque du CÉRÉdI avait pour responsables Michèle Guéret-Laferté, Claudine Poulouin et Patrick Taïeb. Il s’est tenu à la Maison de l’Université (Mont-Saint-Aignan) les 11, 12 et 13 décembre 2008. Nombre de participants effectifs : 30 (y compris les organisateurs et présidents de séances), dont 5 participants étrangers, venus du Canada (1), des Etats-Unis (2), des Pays-Bas (1) et de Russie (1).

Cette rencontre a permis de réunir un certain nombre de chercheurs émérites dont les travaux sont internationalement reconnus, mais aussi de jeunes chercheurs – certains déjà engagés dans une brillante carrière, d’autres, encore doctorants, venus en France pour travailler dans le cadre du CÉRÉdI ou partis à l’étranger afin de poursuivre leurs recherches. Les axes du Colloque sollicitaient des interventions pluridisciplinaires puisqu’il s’agissait de cerner un objet relevant de l’ancien champ des Belles-lettres, croisant littérature et histoire des idées, touchant également aux objets de recherche actuels des musicologues. Au sein de ces champs de recherche, on notera l’intérêt porté par plusieurs communications aux questions d’édition, d’illustration et de réécriture. La multiplicité des approches, leur originalité et la qualité des interventions ont permis de nourrir un débat actif et particulièrement fécond. On peut dire, en effet, que ce fut une surprise pour tous de découvrir, au cours de ces trois journées, à quel point, loin de n’occuper que quelques érudits ou de se dégrader en culture populaire, les textes médiévaux ont continué, à travers des rééditions de qualité, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle au moins, d’irriguer les différents secteurs de la plus haute culture (le roman, certes, mais aussi le théâtre, l’historiographie, voire la théologie)… sans parler de la place qui continuait d’être la leur dans les grandes collections et dans les bibliothèques aristocratiques.

Ce bilan permet de faire état également – et c’est peut-être l’apport essentiel de ce colloque – d’un nouveau regard porté sur l’histoire littéraire :

1. remise en question des ruptures couramment admises,

2. mise en évidence de lectures, de réécritures et de réinterprétations qui obligent à privilégier une évolution diversifiée de la culture et des idées sur la conception monolithique qui continue de prévaloir.

Partant de ce constant, nous avons considéré que la publication des actes de ce colloque méritait un cadre élargi : d’autres contributions (sollicitées après le colloque), une bibliographie conséquente, une introduction développée et des index devraient permettre de faire de ce volume un véritable outil de recherche. L’ouvrage sera publié aux Editions Slatkine (date prévue : début 2011).

Sommaire

I. Best-sellers

Les Mémoires de Commynes, best-seller de l’époque classique (Jean Dufournet)

Les traductions médiévales de Valère Maxime au XVIe siècle (Didier Lechat)

Quand la chanson devient roman : l’exemple de la transmission de Huon de Bordeaux de la fin du Moyen Âge à la Révolution (Francis Gingras)

II. Du Moyen Âge à la Renaissance : ruptures et permanences

A) Le Moyen Âge des érudits

La situation des textes médiévaux au XVIe siècle (Marian Rothstein)

Une « défense et illustration » de la poésie médiévale : le Recueil de l’origine de la langue et de la poesie françoise de Claude Fauchet (Nicolas Lombart)

Les auteurs médiévaux dans Les Recherches de la France d’Etienne Pasquier (Eléonore Langelier)

Le Moyen Âge d’Antoine Du Verdier (Jean-Claude Arnould)

B) Les genres

Pierre de Provence revisité : un roman de chevalerie à succès à la Renaissance (Pascale Mounier)

Fidélité et ruptures dans la transmission de l’Amadis de Gaule du Moyen Âge à la Renaissance (Sebastiàn Garcia Barrera)

Jacques Gohory ou l’alchimisation du Moyen Âge (Magali Jeannin)

III. Le Moyen Âge de l’Âge classique

A) Erudition et culture mondaine au XVIIe siècle

Entre philologie et littérature : quelques aspects du Moyen Âge (Emmanuel Bury)

Une lecture de la poésie médiévale dans la première moitié du XVIIe siècle : Les Vies des poëtes françois de Guillaume Colletet (Emmanuelle Mortgat-Longuet)

Les traductions de textes médiévaux par Port-Royal (Tony Gheeraert)

L’Académie des Inscriptions entre érudition et imaginaire littéraire, ou de la construction d’un discours savant sur le Moyen Âge (Alicia Montoya)

De la présence et du statut du texte médiéval dans les écrits sur la musique du XVIIe siècle (Théodora Psychoyou)

B) Redécouverte et invention du Moyen-Âge au XVIIIe siècle

Posséder le passé : les sources médiévales de l’enquête liturgique du père Lebrun (1710-1720) (Xavier Bisaro)

Lenglet Dufresnoy éditeur du Roman de la Rose (François Bessire)

Editer la littérature médiévale au temps des Lumières (Henri Duranton)

Prévost et le Moyen Âge (Jean Sgard)

Les romans de la Bibliothèque bleue de Troyes (Lise Andriès)

De l’érudition au périodique : la matière médiévale dans la Bibliothèque Universelle des Romans (Véronique Sigu)

La réception du Chevalier au Lion à la fin du XVIIIe siècle : La Curne de Sainte-Palaye et la Bibliothèque Universelle des Romans (Maria Colombo Timelli)

Les opéras comiques à sujets médiévaux à la fin du XVIIIe siècle (Patrick Taïeb)


Visites

20 aujourd'hui
104 hier
366225 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés