Colloque international « La Musette, un instrument de cour, un instrument tout court » – 27-29 mai 2019


Crédits photos Couverture : Dominique Paris

Colloque international

La Musette, un instrument de cour, un instrument tout court

27, 28 et 29 mai 2019

Maison de l’Université, Rue Lavoisier, Mont-Saint-Aignan


Jean-Christophe Maillard, musicien, musicologue et enseignant passionné

La première fois que Jean-Christophe m’a parlé de « musette » c’était aux rencontres internationales des jeunes à Bayreuth où nous nous sommes connus. Comme d’autres personnes présentes, nous pensions au bal musette ! Je n’imaginais pas que j’allais assister à cette belle aventure de la renaissance d’un instrument qui m’était pourtant familier car contemplé dans les tableaux de Watteau.
Jean-Christophe a parcouru les musées, a compulsé les traités, recherché de la musique pour cet instrument sans relâche durant une quarantaine d’année. Son partenariat avec des restaurateurs et facteurs des instruments de la famille des cornemuses a abouti à la sauvegarde du patrimoine et au renouveau de la facture, tant pour les musettes que pour leurs soufflets. Il a fait résonner la Musette de cour dans le monde entier.
Le premier concert de musique « ouin-ouin » avec de la Musette de cour (c’est ainsi que l’on parlait alors de la Musique baroque) a eu lieu au musée des ATP à Paris avec William Christie au clavecin au début des années 1980.
La suite vous la connaissez : concerts, opéras, publications, enregistrements. Je ne saurais passer sous silence l’exceptionnel enseignant qu’il était. Nombreux sont ses élèves qui, dans leur carrière de professeur ou d’instrumentiste, témoignent de la qualité de ce qu’ils ont reçu.
Nous l’accompagnions souvent les enfants et moi-même dans ses tournées. C’est ainsi que j’ai rencontré plusieurs d’entre vous.
La double formation de Jean-Christophe classique et populaire lui a permis de jouer et de comprendre parfaitement l’esprit de cet instrument. Cette dualité a été souvent mal comprise.
La diversité des intervenants présents aujourd’hui ne fait qu’accentuer cette double et nécessaire appartenance. Je m’en réjouis. Ce colloque s’inscrit dans la droite ligne de celui de Toulouse en 2012.
Des compositeurs contemporains vont prochainement écrire pour la musette. Cela sera certainement une grande joie pour Jean-Christophe qui, faute de temps, n’a pas pu le faire.
Retenue par mes activités professionnelles, je ne serai pas parmi vous. Je vous souhaite de belles et fructueuses journées de travail autour de la « tendre musette ».

Marie-Christine Fauré Maillard

1980, La Musette : étude historique, organologique et iconographique, mémoire de maîtrise de musicologie, Université Paris-Sorbonne.
1987, L’Esprit pastoral et populaire dans la musique française baroque pour instruments à vent (1660-1760), thèse de 3e cycle, Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Edith Weber.


La musette, petite cornemuse savante utilisée dans la musique de la cour de France, entre la Renaissance tardive, et la fin de l’époque baroque, vers le milieu du XVIIIe siècle, a bénéficié par ailleurs d’un engouement extraordinaire de la haute société dans le cadre d’une pratique amateur.
La musette, cornemuse utilisée abondamment dans la musique de la cour de France, entre la Renaissance tardive et la fin de la l’époque baroque, a suscité un engouement extraordinaire, touchant une société aristocratique avide de musiques pastorales, qui la pratiquait volontiers, souvent en compagnie de la vielle. Débuté à la fin du XVIIe siècle, ce phénomène, touchant jusqu’à la famille royale, a connu son apogée entre les années 1720 et 1760 et a conduit les compositeurs français, tels Boismortier, Corrette ou les frères Chédeville (pour ne citer que les plus prolifiques), à éditer un volume de musique de chambre impressionnant, comprenant près de 200 livrets de partitions, plaçant ainsi la musette juste derrière le violon et la flûte traversière. S’est diffusé alors, au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, un répertoire riche et varié, allant de « petits airs » (danses, vaudevilles, brunettes, etc.) à des sonates et concertos nécessitant une réelle virtuosité, sur cet instrument dont la facture instrumentale n’a cessé de se complexifier. Des parties de musettes sont également présentes en nombre dans des opéras, de Lully à Rameau…
La musette s’est éteinte, emportée par la fin du style musical baroque, dans les années 1760. Si elle a subsisté en représentation dans les arts décoratifs jusqu’à la fin du XIXe siècle, sa pratique musicale a totalement cessé, pour ne renaître que bien longtemps après, au tout début des années 1980, à la faveur du regain d’intérêt pour la musique ancienne de cette période. Depuis, sa pratique n’a cessé de croître, l’instrument est aujourd’hui enseigné dans certains conservatoires (Toulouse puis Versailles en France, Louvain en Belgique…) disposant d ‘un département de musique ancienne.
Ce colloque a donc pour objet de mieux faire connaître et de valoriser davantage la musette dans tous ses aspects. Il s’adresse aux spécialistes, comme aux simples mélomanes et à toute personne intéressée. Il propose des événements de différentes natures qui associent chercheurs, fabricants, praticiens et amateurs éclairés. Sa localisation en Normandie apparaît comme une évidence du fait des liens étroits que la région et le monde de la musette entretiennent depuis toujours. Outre le fait que Michel Corrette (1707-1795), qui a beaucoup composé pour la musette soit natif de Rouen, le « noyau dur » de la facture de la musette aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec les deux familles Hotteterre et Chédeville, est localisé dans le secteur de La Couture-Boussey dans l’Eure. Si certains membres de ces deux grandes dynasties de facteurs se sont installés dans la capitale pour se rapprocher de leur clientèle de la cour de Versailles, ils ont toujours conservé des liens importants avec leur lieu d’origine. Ils ont cumulé, à Paris, leur activité de facteur d’instruments, avec celles de maître de musette et de musicien du roi.
Enfin, la grande faveur dont a bénéficié la musette de cour à son époque participe de la naissance et de l’évolution de nombre de genres artistiques susceptibles d’intéresser toutes celles et ceux qui ont une appétence pour l’histoire, la musicologie, l’histoire de l’art et la littérature : Ancien Régime, organologie, pratique et répertoire, iconographie, naissance et évolution de la pastorale, théâtre parlé et théâtre lyrique, etc.

N.B. : Tous les intervenants ne sont pas uniquement chercheurs mais aussi facteurs et interprètes : en effet, la complexité de cet instrument et ce que l’on en ignore encore à l’heure actuelle font que toute personne qui s’intéresse à la musette de cour d’une manière ou d’une autre est amenée à effectuer des recherches dans les documents d’archives. Certaines communications sont d’une durée plus importante du fait qu’elles comportent une prestation musicale. Ce colloque vise en effet à allier de la manière la plus heureuse possible, la recherche universitaire, la facture instrumentale et la musique : De ce point de vue, la présence permanente d’une exposition de luthiers et de facteurs sur le lieu de l’événement, les mini-concerts du midi, le concert du mardi soir et le bal de clôture, tous indissociables du colloque, s’inscrivent naturellement dans cet objectif.


Le colloque La musette, un instrument de cour, un instrument tout court est organisé par le CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie – Jean-Yves Rauline, coordonné par Les Sérénades du Vert Galant – Marie Baudart-Manchon ; Éric Elsener ; Dominique Paris et parrainé par Les Musiciens de Saint-Julien – François Lazarevitch.

Avec la participation :
Des universitaires et des chercheurs : Mario Armellini, CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie ; Amanda Babington, Royal Northern College of Music, Manchester Université de Manchester ; Patrick Blanc, Académie Supérieure de Musique, Strasbourg ; Joann Élart, GR HIS, Université de Rouen ; Florence Gétreau, CNRS, Institut de Recherche en Musicologie, Paris ; Dominique Guillot, Herblay ; François Lazarevitch , CRR Versailles ; Thomas Leconte, CMBV, Versailles ; Éric Montbel, Université d’ Aix-Marseille ; Dominique Paris, Herblay ; Pauline Randonneix, École du Louvre, Paris ; Jean-Yves Rauline, CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie ; Vincent Robin, École Pratique des Hautes Études – EPHE – Paris.
Des facteurs d’instruments et artisans d’art : Christine Donnard ; Rémy Dubois ; Nicolas Rouzier ; Marco Tomassi ; Bart Van Troyen ; Léo Vauclin.
Des musiciens : Patrick Blanc ; François Lazarevitch ; Patrice Latour ; Éric Montbel ; Dominique Paris ; Marie-Ange Petit ; Vincent Robin ; Nicolas Rouzier ; Bart Van Troyen ; Pieterjan Vankerckhoven.
La classe de musette du CRR de Versailles : Marie Baudart-Manchon ; Mathias Beauvois ; Clément Lefèvre ; Rémy Palézis.
L’ensemble Chédeville : Camille Bréger ; Lorenzo Cipriani ; Merryl Luchart.
Les cornemuses de Galaor : Marie Baudart-Manchon ; Maxime Bérar ; Tancrède Debétaz ; Jean-Jacques Dufour ; Philippe Tailleux.
Les jeunes RMM : Rose Dehors ; Marc Vervisch ; Manon Voisin.
Les Sérénades du Vert Galant : Marie Baudart-Manchon ; Régis Baudart ; Chloé Chopart ; Tine Devolder ; Fabienne De Voogd ; Christine Donnard ; Françis Donnard ; Éric Elsener ; Dominique Guillot ; Barbara Minondo ; Dominique Paris ; Matthias Pérez ; Christophe Plaquevent ; Christophe Tassel.
De l’Académie Bach : Jean-Paul Combet.
Du département de musique ancienne du CRR de Versailles Grand Parc, Classe de Musette de François Lazarevitch.
Du musée des instruments à vent de la Couture-Boussey : Emanuele Marconi.

En partenariat avec :
La Maison de l’Université ; Le Conservatoire à Rayonnement régional de Versailles Grand Parc ; Le CRR de Versailles ; l’Académie de Rouen ; l’Académie Bach ; L’historial Jeanne d’Arc ; L’association Galaor ; Le Festival Curieux Printemps de La ville de Rouen ; L’association des amis de l’orgue du Temple Saint-Éloi ; l’association du carillon de la cathédrale de Rouen ; Domaine de Villalin.


PROGRAMME

Invité d’honneur, Remy Dubois

PDF - 5.7 Mo

Lundi 27 mai

9h00 : Accueil

9h15 : Introduction par J. Y. Rauline, CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie

9h30 : De la redécouverte d’un instrument au renouveau ; Des travaux de Jean-Christophe Maillard à l’instrument d’aujourd’hui.
Pas d’instrumentiste sans facteur (et vice versa) : Remy Dubois, Verviers, facteur de musettes : L’expérience d’une vie d’artisan chercheur.

11h : Pause : café, thé, douceurs…

Axe 1, Organologie et iconographie
Modérateur Vincent Robin, École Pratique des Hautes Études (EPHE)

11h15 : Remy Dubois
La dernière trouvaille autour des bourdons tous jeux

11h 45 : Florence Gétreau, CNRS. Institut de Recherche en Musicologie, Paris
Cent-vingt ans de travaux sur la musette : Historiographie, résultats, perspectives

12h30 : Mini-Concert :
Présentation de la classe de Musette de François Lazarevitch, CR R de Versailles

Axe 1, Organologie et iconographie (fin)
Modératrice Florence Gétreau, CNRS. Institut de Recherche en Musicologie, Paris

14h30 : Éric Montbel, Université Aix-Marseille & Marco Tomassi, Cassino, Facteur de sourdelines
La Sourdeline de Settala : itinéraire et sources d’une reconstitution

15h15 : Jean-Yves Rauline, CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie
Trois siècles de musette « polyphonique » : Sourdeline, Uillean Pipe, Musettes de Béchonnet

15h45 : Pauline Randonneix, École du Louvre, Paris
Mises en scène d’une cornemuse. Étude de l’iconographie de la musette durant sa période de jeu (XVIe-XVIIIe siècles)

16h15 : Pause : café, thé, douceurs…

16h30 : Nicolas Rouzier, Limoges, Facteur de musettes et soufflets
Soufflets de musette : présentation, contexte d’utilisation et caractéristiques d’un accessoire incontournable de l’instrument

17h00 : Vincent Robin, doctorant, École Pratique des Hautes Études, Paris
Les différentes tailles de musettes

17h30 : Table ronde : Facture et iconographie de la musette, Bilan et perspectives
Avec : Florence Gétreau, Pauline Randonneix, Remy Dubois, Emanuele Marconi, Éric Montbel, Vincent Robin (animateur), Nicolas Rouzier et Jean-Yves Rauline

18h15-19h30 : Rencontres libres avec les facteurs et artisans, autour d’un cocktail de bienvenue

Mardi 28 mai

9h00 : Accueil

Axe 2, Répertoire
Modérateur : Patrick Blanc, Académie Supérieure de Musique, Strasbourg

9h30 : Amanda Babington, Royal Northern College of Music, Manchester
What did Bonnie Prince Charlie play on his Musette ?

10h15 : Vincent Robin, doctorant EPHE, Paris
Un joueur de musette au milieu du XVIIIe siècle : l’exemple de Simon Charles Boutin (1719-1794)

10h45 : Pause : café, thé, douceurs…

11h00 : Dominique Paris
Le Répertoire de la musette libre de droits : État des lieux

11h30 : Bart Van Troyen & Peteryan Vankerckhoven, joueurs de musettes
Autour du duo de musettes (prestation musicale)

12h30 : Mini-concert :
Un divertissement, une gentillesse, une babiole. La musique pour & par des amateurs
Avec Camille Bréger, traverso ; Lorenzo Cipriani, clavecin ; Merryl Luchart, musette de cour. Tous trois réunis au sein de l’Ensemble Chédeville

Axe 2 (fin), Répertoire
Modératrice : Amanda Babington, Royal Northern College of Music, Manchester

14h30 : Patrick Blanc, Académie Supérieure de Musique, Strasbourg
La Musette dans les ouvrages scéniques de Lully

15h15 : Joann Élart, GRHis, Université de Rouen Normandie
La musette des amours : nostalgie dans les romances et les pièces pour piano de la fin de l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale

15h45 : Pause : café, thé, douceurs…

Le buffet de l’orgue du temple Saint-Éloi de Rouen a été attribué à Vernisse, de Rouen, et aurait été réalisé sous la direction de Martinet, « ingénieur du Roy » par Gibon, Paillet et Rollet

Axe 3, Interprétation
Modératrice : Amanda Babington, Royal Northern College of Music, Manchester

16h00 : Thomas Leconte, Centre de Musique Baroque, Versailles
Présence et place de la musette dans les ballets et divertissements de cour au XVIIe siècle

16h30 : Patrick Blanc, Académie Supérieure de Musique, Strasbourg, Marie-Ange Petit, percussionniste, ensemble Les Arts Florissants. Alliages : Musette baroque et percussion

17h15, Table ronde :
Le répertoire de la musette de cour, entre art élitiste et art populaire
Avec Amanda Babington, Patrick Blanc, Joann Élart, Éric Montbel, Jean-Paul Combet (animateur), Thomas Leconte, Dominique Paris, Éric Montbel, Vincent Robin

18h00-19h00 : Rencontres libres autours des facteurs et artisans

20h00 : Concert Jacques Hotteterre dit Le Romain :
Un concert pour la chambre du Roy. Temple Saint Éloi à Rouen par Les Musiciens de Saint-Julien.

Mercredi 29 mai

9h00 : Accueil

Axe 3(fin), Interprétation
Modérateur : Mario Armellini, CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie

9h30 : François Lazarevitch, Versailles, CRR ; Rouen, Directeur artistique des
Musiciens de Saint-Julien
Retrouver le phrasé de la musette baroque – le rôle expressif de l’articulation

10h30 : Masterclass, autour de l’articulation (pour musettes, diapason 415hz)

11h30-12h30 : Table ronde, conclusion du colloque :
Quelles perspectives pour la recherche ? Quelle place dans le paysage musical ?
Avec Amanda Babington, Florence Gétreau, Dominique Guillot, Pauline Randonneix,
Patrick Blanc (Animateur), Joann Élart, François Lazarevitch, Jean-Yves Rauline, Vincent
Robin, Remy Dubois, Emanuele Marconi, Éric Elsener, Éric Montbel.

Pause déjeuner (repas sur inscription, 15 €)

14h00 : Carte blanche aux artisans…

15h30-18h30 : Visite thématique à travers la ville de Rouen : « la ville aux cent musettes »

19h00 : Rendez-vous au pied de la tour Saint-Romain Cathédrale de Rouen : Van Eyck dans le ciel & au jardin avec Musettistes & carillon en duplex

20h00-23h00 : Bal Baroque, Salle des États de Historial Jeanne d’Arc, rue Saint-Romain, Rouen.


L’Historial Jeanne d’Arc
Lieu spectaculaire et grand public, l’historial a une double ambition : faire (re)découvrir l’épopée et le destin incroyable de Jeanne d’Arc mais aussi mettre en lumière son mythe construit au fil des siècles ou comment l’histoire et les Hommes ont intégré, mémorisé, interprété et parfois instrumentalisé ce personnage universel.

L’Académie Bach
L’Académie Bach est la plus importante structure spécialisée dans la musique ancienne et le théâtre baroque active en Normandie, créée en 1997 et implantée à Arques-la-Bataille, à deux pas de Dieppe et de la mer. Incubateur de talents, elle accueille des artistes en résidence de recherche et de création, produit et diffuse des concerts sur le territoire régional tout au long de l’année et met en œuvre un festival de fin d’été internationalement reconnu.

Le CMBV
La musique française, qui rayonnait aux XVIIe et XVIIIe siècles sur l’ensemble de l’Europe, fit naître des genres successifs aux formes audacieuses qui font toute la valeur de ce patrimoine : l’air de cour, le ballet de cour, la comédie-ballet, la tragédie en musique, l’opéra-ballet, le grand et le petit motet, l’opéra-comique… Les noms de Bouzignac, Lully, Marin Marais, Charpentier, Mondonville, Rameau, Grétry, témoignent, aux côtés de tant d’autres, de l’extraordinaire foisonnement artistique de cette période.
Le Centre de musique baroque de Versailles (CMBV) est créé en 1987 à l’instigation de Vincent Berthier de Lioncourt et de Philippe Beaussant. Son originalité est de réunir les métiers nécessaires à la redécouverte et à la valorisation du patrimoine français des XVIIe et XVIIIe siècles.
La recherche, la formation, la production et la mise à disposition de ressources sont les différents volets de la mission nationale du CMBV dirigé, depuis mars 2018, par Nicolas Bucher.

Les Musiciens de Saint-Julien
Inspirés par l’intime conviction de leur fondateur, flûtiste et tête chercheuse François Lazarevitch, Les Musiciens de Saint-Julien évoluent depuis 2006 en électrons libres sur les chemins du baroque en recoupant sources orales et écrites. Leurs affinités partagées avec musiciens et répertoires traditionnels fécondent leurs premiers projets, avec lesquels entre bientôt en résonance tout un archipel musical savant ancien et baroque – même sens inventif des couleurs, même énergie jaillie du mouvement dansé, même sensibilité poétique. Les Musiciens de Saint-Julien raniment des fonds musicaux endormis, mais pas uniquement, dans une approche à la fois érudite et intuitive, enracinée dans les pratiques populaires et passée au filtre d’une appropriation exigeante, virtuose et passionnée.
Tout en cette alchimie est unique et identifie l’ensemble plus encore que la référence à la confrérie des violonistes danseurs qui lui donne son nom : le relief et l’élégance des lignes, la flexibilité des phrasés chaloupés, la richesse d’un instrumentarium ancien rare d’où émergent flûtes et musettes, le feu intérieur électrisant jusqu’aux œuvres les plus connues de Bach, Vivaldi ou Purcell, le naturel de l’expression, qui rend si familière et pourtant si neuve chaque interprétation. Au fil de concerts, de tournées en France, en Europe et en Amérique – prochainement au Volcan, à La Coursive, au Festival d’Auvers-sur-Oise, au Festival d’Ambronay, au Festival de Lanvellec… – et de treize CD labellisés Alpha Classics, Les Musiciens de Saint-Julien ont affermi une présence forte sur la scène française et internationale, qui fait l’unanimité auprès du public comme de la presse spécialisée.
Dernière sortie CD chez Alpha Classics : Purcell, Songs and dances (octobre 2018).
Les Musiciens de Saint-Julien sont en résidence au Festival de Lanvellec 2018-2020.
Les Musiciens de Saint-Julien sont conventionnés par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC de Normandie, et la Région Normandie.
La Caisse des Dépôts est le mécène principal des Musiciens de Saint-Julien.

Galaor
Galaor est née en 1981 de la fusion de 2 folk club comme on les appelait à l’époque, avec l’intention de promouvoir une conception vivante des musiques et danses traditionnelles. Son nom d’origine celtique est celui d’une source située dans le centre de Rouen.
Si Galaor est basé à Rouen, son rayon d’action concerne principalement les départements de Seine-Maritime et de l’Eure. Un axe important de ses activités est la formation : cours et ateliers hebdomadaires, stages. Vient ensuite l’action culturelle : découverte et pratique des musiques, danses et chants traditionnels et du monde, ateliers de lutherie bricolée pour tout public dans des lieux divers : milieu scolaire, centres de loisirs, écoles de musique, musées, bibliothèques, maisons de retraite…
Dans le domaine de l’information, le site de Galaor présente ses activités et l’actualité des musiques traditionnelles dans la région.

Le Musée des instruments à vent
Labellisé « Musée de France », le Musée des instruments à vent présente une collection remarquable de flûtes, hautbois et clarinettes du XVIIIe siècle à nos jours ainsi que des outils et machines qui retracent l’histoire économique et artistique de La Couture et son bassin, spécialisés dans la facture instrumentale depuis le XVIIe siècle.

Les Sérénades du Vert Galant
Les Sérénades du Vert Galant se réunissent chaque saison selon la disponibilité des adhérents au Vert Galant.
L’idée : réunir des amateurs éclairés de musique ancienne ayant une réelle attirance pour la musique de danse et les musiques à bourdons. Étudier un répertoire propre à la danse afin de proposer une musique au service du bal à la manière des salons du XVIIIe siècle, voilà ce que proposent Les Sérénades du Vert Galant.

L’Association du Carillon de la Cathédrale de Rouen
L’Association du Carillon de la Cathédrale de Rouen a été créée en 1987. Son objet de conservation, l’entretien, l’utilisation et la mise en valeur du carillon de la cathédrale de Rouen. Elle fédère toutes les personnes qui se sentent concernées à quelque titre que ce soit par ce carillon, et qui apportent leurs compétences qui ne sont pas exclusivement musicales. Elle est l’interlocuteur entre le diocèse, la paroisse, la DRAC et les collectivités territoriales.

Les Amis de l’orgue de Saint-Éloi
Promotion de l’orgue de Saint-Éloi et financement de son entretien. Concerts (6 par an) sur le grand orgue Lefebvre et participe au meilleur accueil d’ensembles musicaux (vocal, instrumental) qui souhaitent se produire. L’Association organise lors des journées du Patrimoine des visites commentées de l’instrument et ouvre le temple à des musiciens à l’occasion de la Fête de la Musique.

Le département Musique ancienne CRR Versailles
Basse continue, clavecin, cor naturel, cornet à bouquin, flûte à bec, flûte traversière baroque, harpes anciennes, hautbois baroque, luth, musette baroque, orgue, pianoforte, sacqueboute, théorbe, trompette naturelle, viole de gambe, violon baroque, violoncelle baroque… le Conservatoire met l’accent sur l’apprentissage des disciplines et du répertoire baroques au sein d’un département de musiques ancienne fourni. Au sein de la saison artistique de Versailles Grand Parc, les étudiants se produisent régulièrement en concert, fruit du travail et des enseignements menés par l’équipe pédagogique.


Les événements autour du colloque

Nuit Européenne des Musées à la couture-Boussey
18 mai 2019 au Musée des instruments à vent

Depuis le XVIIe siècle, le métier de facteur d’instruments à vent se perpétue dans la région de la Couture-Boussey et fait vivre trois entreprises. À l’occasion de la Nuit Européenne des Musées, l’Académie Bach et le Musée des instruments à vent s’associent et proposent tout au long de la journée différents temps forts.

Animations
14h30 ; 15h30 ; 16h30 ; 17h30
Gratuit – Nombre de places limité – Inscriptions recommandées

Concert
20 heures, église de la Couture-Boussey
Jacques Hotteterre le romain, un concert pour la chambre du Roy
Les Musiciens de Saint-Julien
Renseignements & réservation : w w w.academie-bach.fr

Stage de vielle à roue baroque et musette de Cour
8, 9 et 10 juin2019 au CRJS de Vernon

Tobie Miller à la vielle à roue baroque et François Lazarevitch à la musette de Cour animent un week-end de travail consacré à ces instruments à bourdon qui ont suscité un extraordinaire engouement en France durant l’époque baroque. Au cours de ce stage, ils partageront leur précieuse expérience de ce répertoire et de son style de jeu.

Équipe pédagogique :
Tobie Miller, vielle à roue baroque
François Lazarevitch, musette de Cour
Renseignements et réservation :
www.academie@lesmusiciensdesaintjulien.fr ou par téléphone au +33(0)981 18 57 45


Bulletin d’inscription

PDF - 99.8 ko

Le colloque est ouvert à tous, sur réservation

Merci de bien vouloir retourner le bulletin d’inscription à l’adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdAUvSfzEEKabRF0Ds3I1_9aB0dqM6qGtBiqVKBDjc81PaEng/viewform
ou par mail : colloquemusette.rouen@gmail.com ou par courrier postal :
Les Sérénades du Vert Galant, 98 Route de Morgny, 76690 Saint-André-sur-Cailly

Contact

colloquemusette.rouen@gmail.com
téléphone : +33 (0)6 82 03 10 71


Brèves

3 juillet - Appel à communications

La force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles)
organisé dans le cadre du projet de (...)

28 mai - Exposition « La Comédie-Française au Théâtre des Arts : premières tournées normandes (1800-1850) » – 3-24 juin

Exposition du 3 au 24 juin prochain à l’Opéra de Rouen :
« La Comédie-Française au Théâtre des Arts (...)

24 mai - Journée « Corpus et éditions numériques en Normandie » (CORNUM) – 7 juin 2019

Journée de lancement du projet de recherches « Corpus et éditions numériques en Normandie » (...)

17 mai - Assemblée générale – 4 juillet

La prochaine assemblée générale du CÉRÉdI se réunira le jeudi 4 juillet à 10 h en Salle de réunion de (...)

10 mai - Soutenance de thèse de Sophia Mehrbrey – 17 mai 2019

Sophia MEHRBREY soutiendra sa thèse de doctorat
« Figures d’enfance – la représentation de (...)

9 mai -  Les stratégies de destination large de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles et exposition « La Bibliothèque bleue de Normandie – 5-7 juin 2019

Les 5 et 6 juin à la MRSH de l’Université de Caen (Salle des Actes)
Le 7 juin à la Bibliothèque (...)

Visites

0 aujourd'hui
116 hier
377346 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés