« François-Adolphe Loève-Veimars (1799-1854) » – 5 juin 2019


François-Adolphe Loève-Veimars (1799-1854)
Un homme de lettres au temps du romantisme

Journée d’études organisée par Guillaume Cousin et Sylvain Ledda

Université de Rouen-Normandie
Mercredi 5 juin 2019

Parmi les figures de la première moitié du XIXe siècle, celle de François-Adolphe Loève-Veimars a laissé peu de traces. Pourtant, celui qui est né avec le siècle a joué un rôle de passeur non négligeable entre l’Allemagne et la France avant de se consacrer à la politique étrangère et à la diplomatie. Infatigable traducteur au tournant des années 1830, il permet au public français de mieux connaître la littérature en langue allemande avec Hoffmann, Zschokke, Ven der Velde, Eichendorff, Heine, Wieland, Goethe, mais aussi certaines œuvres anglophones, comme les Ballades, légendes et chants populaires de l’Angleterre et de l’Écosse (1825). Sa carrière littéraire ne se réduit néanmoins pas à ses traductions : avec Auguste Romieu et Émile Vanderburch, il publie des proverbes et des comédies sous le pseudonyme « vicomtesse de Chamilly » ; il réunit en 1833 dans Le Népenthès des contes, des nouvelles et des critiques publiés dans les revues du temps. Car Loève-Veimars est aussi un journaliste bien connu des milieux et périodiques libéraux : Le Figaro, Le Temps, la Revue de Paris… L’érudition de Loève-Veimars ne se cantonne pas à la littérature de son temps puisqu’il publie tout à tour des études sur les tribunaux secrets du nord de l’Allemagne, sur la guerre d’Espagne, sur les auteurs anciens, etc. Homme de lettres, Loève-Veimars est également homme politique : membre de la Charbonnerie sous la Restauration, il intègre une délégation diplomatique envoyée en Russie par Thiers en 1836 et devient par la suite consul de Bagdad puis de Caracas avant de mourir à Paris en 1854, peu avant son départ pour le Pérou.
Cette journée d’études souhaite ainsi revenir sur l’un des grands noms des transferts culturels autour de 1830. Avec Loève-Veimars, c’est un acteur relativement méconnu de la vie littéraire et politique de la première moitié du XIXe siècle que l’on entend redécouvrir.


Visites

71 aujourd'hui
123 hier
358000 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés