Goût de France : gastronomie et culture – 24 et 25 mars 2017


Colloque interdisciplinaire et international
Goût de France : gastronomie et culture
Les 24 et 25 mars 2017 à Riga en Lettonie
(Maison de l’Europe, 28 boulevard Aspazijas, Riga)
Langues de travail : letton et français avec traduction simultanée

Partie intégrante de l’identité culturelle nationale, la gastronomie offre un réseau de significations qui relèvent non seulement de l’art de goûter mais aussi de l’art de vivre. La France, réputée pays du goût par excellence, représente une belle opportunité d’étude des circulations et des transferts culturels au-delà des frontières. Le phénomène du goût en tant que réception des sensations gustatives et olfactives renferme deux caractéristiques : d’un côté, le goût-faculté, l’un des cinq sens, ou la faculté individuelle de sentir et de distinguer des substances, produits et arômes proposés ; de l’autre, le goût-appréciation des qualités spécifiques d’un produit donné, accessible aux organes sensoriels ; essentiellement basé sur une entente culturelle, il relève des règles gastronomiques. Il s’agit par exemple du plaisir ou déplaisir suscité par tel ou tel produit ou bien d’une appréciation plus nuancée qui nécessite un goût-faculté permettant de façonner, de soigner et de parfaire son appréciation. La perte du goût-faculté coïncide avec la disparition et l’incapacité de comparer, d’estimer et de constituer le système évaluatif de critères qui veille à la qualité des saveurs connues et l’appréciation de nouvelles. Les caractéristiques du goût en tant que métaphore de recherche interculturelle permettent d’étudier l’aptitude des individus à évaluer « l’autre » culturel ainsi que le degré d’ouverture d’une culture à l’altérité.

Le goût pour l’altérité est celui qui, le plus souvent, incite à aller au-delà des limites de sa culture vers une aire culturelle plus vaste parlant aux sens, aux émotions et à l’esprit. Or, la disposition à l’altérité est une composante interne à la société et aux individus qui détermine la propension de ces derniers à se tourner vers la culture d’autrui que celle-ci soit vécue comme une tendance subjective, un caprice de mode, une référence culturelle constante ou autre.

La procuration du sentiment de plaisir dépend de la satisfaction physiologique ou esthétique mais aussi de la codification sociale du goût, de la valeur symbolique du produit et du rituel de savouration hautement apprécié par Brillat-Savarin. Les plaisirs gustatifs suscitant des associations propres, transportent celui qui s’y adonne vers un ailleurs géographique, culturel, social, urbain ou rural tout en métamorphosant, selon le récepteur, le lieu d’origine des produits. Quant à la dégustation de la littérature, du théâtre et des arts, elle permet à l’individu de se projeter dans des dimensions diverses, des espaces potentiels qui se prêtent aisément à la transformation réceptive.

Nous vous invitons lors de ces journées de conférences à aborder le goût comme phénomène de réception et d’évaluation de « l’autre » gastronomique et culturel, à étudier la gastronomie en tant que composante de l’identité culturelle nationale et à examiner sa place et sa portée dans la littérature, le théâtre et les arts.

Nous proposons quelques axes de réflexion qui ne sont nullement restrictifs :
- Gastronomie et identité culturelle ;
- Gastronomie dans la littérature et littérature gastronomique ;
- Théâtre, cinéma et gastronomie ;
- Haute cuisine de l’arrière-scène ;
- Espace et outils du goût : préparation et apprêt ;
- Idées reçues et transgression des stéréotypes ;
- Altérité du goût et le goût pour l’altérité ;
- Goût et dégoût ;
- Caprices du goût : guerres de la mode ;
- Savouration, plaisir et goût raffiné ;
- Déguster et engloutir : modes de consommation ;
- Au bout de la langue : goût et langage ;
- Traduction du goût.

Propositions de communication devront être d’environ 200 mots et envoyées à simonasofijavalke@inbox.lv avant le 10 janvier 2017. Les communications dureront un maximum de vingt minutes. Dans le mail d’accompagnement, veuillez indiquer votre nom et votre institution ainsi que le titre de votre proposition.

Une publication des communications les plus convaincantes est prévue dans un volume consacré à cette journée.

Responsables : Simona VALKE, Académie de la Culture de Lettonie ; Nadège LANGBOUR, Centre d’Études et de Recherche Éditer/Interpréter de la Faculté des Lettres de l’Université de Rouen.


Visites

9 aujourd'hui
137 hier
304225 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés