« Henry Becque, le prince de l’amertume » – 28 septembre


JE « Henry Becque, le prince de l’amertume ».
Le 28 septembre, à l’université de Rouen
Organisée par Marianne Bouchardon

Présentation

L’auteur des Corbeaux (Comédie-Française, 1882) et de La Parisienne (Renaissance, 1885), en qui André Antoine, le fondateur du Théâtre-Libre, reconnaît avec Émile Zola l’un de ses deux maîtres, est le grand nom du réalisme à la scène. Dans l’histoire du théâtre, il occupe une place intermédiaire entre les trois auteurs à succès de la seconde moitié du XIXe siècle, Émile Augier, Alexandre Dumas fils et Victorien Sardou, dans le sillage desquels ses comédies de mœurs se situent, et la génération dite « de 1887 », à laquelle il inspire le genre de la « comédie rosse ». Après sa mort, il est salué comme le grand rénovateur de la comédie : « Molière, Beaumarchais, Becque » dit-on alors. Vers 1924, date de la dernière édition de son théâtre, il est au faîte de sa gloire : ses pièces sont régulièrement reprises, ses manuscrits valent une fortune – et Les Corbeaux sont même inscrits au programme de l’agrégation ! Aujourd’hui, Henry Becque (1837-1899) fait partie des « oubliés chroniques » du répertoire. À l’occasion de la prochaine parution du premier tome de son Théâtre complet chez Garnier, cette journée d’études invitera à redécouvrir l’œuvre sombre et pessimiste, sans doute, mais surtout redoutablement efficace, de celui que Louis Jouvet appelait le « Prince de l’amertume ».


Visites

47 aujourd'hui
179 hier
345400 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés