14-16 novembre 2012 - Laclos après Laclos : de l’œuvre au mythe (1782-2012)


14-16 novembre 2012
Nancy-Rouen

Colloque international organisé par le CELJM (Université de Nancy 2) et le CÉRÉDI. (Université de Rouen). Date : Deux ou trois journées en novembre 2012, entre Rouen et Nancy. Responsables : Catriona Seth, Stéphanie Genand, Matthieu Remy.

Comité scientifique : Thierry Belleguic (Université Laval, Québec), Simon Davies (Queen’s University, Belfast), Michel Delon (Université Paris IV), Stéphanie Genand (Université de Rouen, IUF), Jean M. Goulemot (Université de Tours, IUF), Matthieu Remy (Université de Nancy 2), Michèle Sajous d’Oria (Université de Bari), Catriona Seth (Université de Nancy 2), Lydia Vázquez (Université du Pays Basque).

Problématique :

Les Liaisons dangereuses a été accueilli dès sa publication par un succès de scandale. Laclos n’aurait-il pas lui-même déclaré au comte de Tilly : « Je résolus de faire un ouvrage qui sortît de la route ordinaire, qui fît du bruit et qui retentît encore sur la terre quand j’y aurais passé » ? Des imitations, suites et adaptations en ont été rédigées très vite. Des traductions en ont été effectuées dans différentes langues. Alors même qu’il est condamné par les âmes bien-pensantes, puis par la justice, l’ouvrage est devenu une référence pour des écrivains de toutes les générations et de multiples pays, le sujet d’articles et de thèses nombreux. Le colloque se propose d’examiner cette floraison de textes, mais aussi d’interprétations du roman dans d’autres médias (films, gravures, opéras etc.), ainsi que l’émergence d’une sorte de « mythe de Laclos ». La parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque de la Pléiade offre l’occasion de repenser, aujourd’hui, les raisons de ce succès et la modernité des Liaisons dangereuses.

Plusieurs axes peuvent être envisagés dans cette perspective :

- La lecture critique des Liaisons dangereuses aujourd’hui : après les colloques consacrés à Laclos en 1982 (Laclos et le libertinage, Actes du colloque du bicentenaire des Liaisons dangereuses, Paris, PUF, 1983) et en 2003 (Deux siècles de « Liaisons dangereuses », Tarente, Lisi, 2005) et le numéro d’Europe paru à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain, il convient de réfléchir aux nouveaux regards possibles sur une œuvre considérée de nos jours comme faisant partie, de plein droit, du patrimoine littéraire mondial.

- L’imitation des Liaisons dangereuses : Depuis la fin du XVIIIe siècle, les auteurs se sont essayés à des suites et imitations du roman de Laclos. Qu’écrivent-ils et quelles orientations idéologiques esquissent-ils ? Plusieurs fictions modernes s’inscrivent dans cette tradition - on pourra citer, au cours des dix dernières années, Le Mauvais genre de Laurent De Graeve (2000) ou Nous sommes cruels de Camille de Peretti (2006), mais aussi des œuvres étrangères comme A Factory of Cunning de Philippa Stockley (2005). Pourquoi ces « désirs palimpsestueux » (Genette) pour le texte de Laclos ?

- Les traductions du roman : le succès retentissant du livre conduit à une floraison de traductions, dès la fin du XVIIIe siècle. Quel sort l’Europe réserve-t-elle au roman français de l’époque ? Quels sont les choix et les enjeux de ces traductions ?

- Les adaptations à la scène ou à l’écran : transposé au théâtre dès sa parution, le roman inspire, aux XIXe et XXe siècles, plusieurs œuvres théâtrales, puis cinématographiques qui ont chacune contribué à la renommée du livre. Quelles lectures ces versions proposent-elles ? Que nous apprennent-elles sur le roman ?

- Les illustrations Comme l’a montré un ouvrage récent, pour le domaine français (Laclos en images, 2003), Les Liaisons dangereuses a été abondamment illustré. Quels sont les fonctions de la mise en images du récit ? Comment les planches organisent-elles une lecture particulière du texte ? En quoi invitent-elles à un regard nouveau ?

- Le mythe de Laclos : La question du rapport entre morale romanesque et biographie de l’auteur, à laquelle s’ajoute par la suite une interrogation sur le rôle de Laclos au moment de la Révolution française, ont conduit à l’émergence, dès 1782, d’un mythe Laclos. En quoi celui-ci est-il fondé sur des critères esthétiques ? Quels sont les apports des travaux biographiques actuels ?

Les propositions de communication (un titre accompagné d’un résumé d’une quinzaine de lignes) devront parvenir conjointement aux trois adresses suivantes Catriona.Seth@univ-nancy2.fr ; matt.remy@free.fr ; stephanie.genand@orange.fr. au plus tard le 31 janvier 2012. Elles seront examinées par le comité scientifique.


Visites

9 aujourd'hui
137 hier
304225 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté