40. 18-19 octobre 2012 - Les Métamorphoses du Moyen Âge


Les Métamorphoses du Moyen Âge : réécritures transgénériques et transmodales modernes (XVIe-XXIe siècles), responsables : Jean Maurice (CÉRÉdI) et Beate Langenbruch (membre du CIHAM / associée au CÉRÉdI), journée d’étude en 2011, colloque en 2012

Nombreuses ont été à ce jour les manifestations et productions scientifiques dédiées aux reprises de figures et de thèmes médiévaux à l’époque moderne : les « Images du Moyen Âge », les investigations sur la « Fabrique du Moyen Âge » et ses « Fantasmagories » ou la « Trace médiévale » chez les écrivains modernes en témoignent. Un récent colloque du CÉRÉdI même (2008) s’est intéressé à « L’accès au texte médiéval » durant les siècles qui suivirent sa création. En revanche, l’intérêt pour les aspects génériques des reprises modernes a été moindre.

Le colloque entend donc entreprendre une recherche de fond sur les raisons et les modalités des véritables métamorphoses que subit le texte médiéval par la suite : comment une matière ou un texte appréciés se transforment-ils en passant d’un genre à un autre, d’un mode d’expression artistique à un autre, sous quelles contraintes formelles, matérielles, historiques et sociales, et avec quel succès ? Le roman médiéval de Trisan et Iseut, qui passe à la scène lyrique en devenant une « œuvre d’art total » sous l’instigation de Wagner, est sans doute un exemple prototypique du type de changement que nous interrogerons. Mais parfois, les prouesses artistiques sont encore plus complexes : que dire du Jongleur de Notre-Dame, miracle lyrique moderne de Jules Massenet, pour lequel son librettiste Maurice Léna ne puise pourtant pas dans les miracles scéniques existants du Moyen Âge, mais dans un texte narratif et humoristique, le Tombeor Nostre-Dame  ? Inversement, pourquoi certaines chansons de geste, genre narratif à la performance parfois hautement dramatisée et goûtée par une collectivité, deviennent-elles des succès de la littérature romanesque de colportage, destinée à la lecture isolée ? Par quel principe sont dominées les harmonisations que Claude Debussy propose des chansons ou rondeaux de Charles d’Orléans, dont seul existe le texte ?

C’est sur ce genre de questions que le colloque se propose de réfléchir, après avoir affiné ses problématiques lors d’une journée d’étude préparatoire.

Ce projet sera la première collaboration du CÉRÉdI avec le CIHAM de Lyon (UMR 5648), à laquelle l’un des établissements constitutifs du second, l’ENS de Lyon, s’associera également. Une convention réglera les détails matériels de cette coopération.

Le colloque, organisé en septembre 2012 à l’ENS de Lyon, sera précédé d’une journée d’étude restreinte en juin 2011 également à Lyon, destinée à préparer l’événement. En définissant les sections et les sujets précis des communications du colloque de 2012, on y créera un cadre d’interventions très ciblées. Elles permettront d’aboutir à une publication d’actes sous forme d’un vrai livre, qui se distinguera par son homogénéité, se présentant comme un bilan de recherche sur la question des métamorphoses transgénériques et transmodales du Moyen Âge.

Le sujet ne se limitant pas à la littérature française, les organisateurs solliciteront également des intervenants étrangers. Afin de favoriser l’intégration de jeunes chercheurs, un tiers des communications sera assuré par des doctorants, parmi lesquels ceux du CÉRÉdI et du CIHAM.


Visites

44 aujourd'hui
115 hier
297066 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés