Margaux Morin


Doctorante

Directrice de thèse : Stéphanie Genand

Titre de la thèse : À la découverte de l’autre : le malentendu dans l’œuvre staëlienne (romans, traités, théâtre et épopée)

Inscrite en thèse en 2016

Résumé du projet de thèse

Lorsque naît l’idée d’un roman dont l’histoire se déroule en Italie, Germaine de Staël se trouve à Weimar. Le projet de De L’Allemagne est ainsi contemporain de Corinne ou l’Italie. Les voyages à l’étranger apparaissent comme un détour nécessaire à l’écriture, faisant de l’autre un enjeu décisif. Lors de son voyage en Allemagne en 1803, Staël se donne pour tâche de rencontrer des auteurs et des œuvres d’une langue inconnue. Ses premiers écrits reçoivent outre-Rhin un accueil plutôt favorable et Goethe salue les qualités de De la littérature. Mais à cette époque, la communication entre la France et l’Allemagne ne va pas de soi et Staël entend éclairer les Français sur un pays souvent associé à l’obscurantisme. Précédée d’une réputation de femme savante, elle s’attache à remettre en cause ces préjugés pour transmettre le fruit de ses découvertes.
Se pose alors la question du regard porté par l’auteur sur une culture inconnue. La correspondance témoigne de l’étonnement suscité par Staël auprès des personnalités rencontrées. Si la vivacité de son esprit est reconnue, des auteurs comme Schiller sont déçus par le regard français hâtif voire frivole qu’elle porte sur la culture allemande. La communication se noue ainsi dans une relation mêlant proximité et distance. La question du transfert culturel concerne alors l’ensemble de l’œuvre staëlienne, les œuvres théoriques, fictionnelles ainsi que la correspondance. Au-delà des différences culturelles entre plusieurs nations, notamment la France, l’Allemagne et l’Italie, il s’agit de considérer aussi les modes d’expression de la rencontre avec l’autre. Autrui n’appartient pas nécessairement à un pays étranger, il est toute personne avec qui s’engage la communication. Cependant, la possibilité d’une perte dans l’échange menace la transparence de celui-ci. La découverte de l’autre engage alors le risque d’un malentendu. Mais ce malentendu fécond dessine une esthétique négative. Deux voix se font alors entendre : celle du « je » et celle d’un autre, dans une relation qui ne cesse de se redéfinir.

Activités

2016-2019 : Doctorante contractuelle à l’Université de Rouen

Parcours académique

2015-… : Préparation d’un doctorat à l’Université de Rouen

2016 : Capes de Lettres Modernes
Admissibilité à l’agrégation externe de Lettres Modernes

2014-2015 : Master 2 de Littérature française et comparée, spécialité « Recherche », Université de Rouen ; « L’épreuve de l’autre : langage et identité dans Corinne ou l’Italie », sous la direction de Stéphanie Genand, mention Très Bien.
Certificat Informatique et Internet Niveau 2, spécialité « Enseignant » (C2i2e)

2014 : attestation de niveau B2 en langue allemande, Université du Havre.

2012-2013 : Master 1 de Lettres et création littéraire, spécialité « Recherche », Université du Havre ; « Après Émile : l’éducation des femmes chez Laclos, Sophie von La Roche et Madame de Staël, entre inspirations individuelles et convenances sociales », sous la direction d’Orla Smyth.

2012 : Licence de Lettres Modernes, spécialité « Allemand », Université du Havre, mention Très Bien.

2009-2010 : Hypokhâgne, lycée Claude Monet, Le Havre.

2009 : Baccalauréat général, série L, spécialité « Allemand », mention Très Bien.

Activité scientifique

2015-… : Participation à la publication du volume II, 2 des Œuvres Complètes de Madame de Staël (annotations, présentation et établissement du texte).

« La lecture staëlienne de l’autre et la médiation du malentendu », Cahiers Staëliens, no 67, 1817-« 2017 : Générations Staël », dir. Stéphanie Genand, (à paraître).

« “Vous ne me connaissez pas” : la voix et l’identité de Corinne », Cahiers Staëliens, no 66, « August-Wilhelm Schlegel (1767-1845) : les années Staël. Carte blanche aux jeunes chercheurs », dir. Stéphanie Genand, décembre 2016.

« Entendre l’autre : le motif de la rencontre dans Corinne », communication dans le cadre de l’Atelier Jeunes Chercheurs de la Société des études staëliennes, Fondation Napoléon, le 7 octobre 2016.

Enseignement

2012-2013 : tutorat en grammaire française, dans le cadre d’un programme de mobilité, Université du Havre.


Visites

44 aujourd'hui
115 hier
297066 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés