« Œuvres abandonnées, remodelées ou reniées : Le pouvoir de décréer » – 1 et 2 avril 2019

jeudi 21 mars

Œuvres abandonnées, remodelées ou reniées : Le pouvoir de décréer

1er-2 avril 2019

Université de Rouen
Bâtiment A, 3e étage, Salle du Conseil

Organisé par Jean-Louis Jeannelle et François Vanoosthuyse

Programme

Présentation

Plusieurs essais ont depuis quelques années ouvert un nouveau champ de recherche que l’on pourrait désigner comme celui des œuvres « inadvenues » : œuvres détruites, censurées, ou qui suscitent l’indifférence. Présence des œuvres perdues de Judith Schlanger (2010), Cardenio entre Cervantès et Shakespeare de Roger Chartier (2011) et Le Tombeau d’Œdipe de William Marx (2012) traitent de ces créations devenues inaccessibles, qui nous obligent à nous interroger sur ce qui, dans notre mémoire de la littérature, nous manque – plus précisément sur les raisons ou les effets de ce manque.
Mais quelle part les écrivains prennent-ils eux-mêmes au processus d’inadvenue des œuvres ?
Quel est ce que l’on pourrait appeler leur pouvoir de « décréer » ? On peut distinguer en particulier trois gestes « négatifs » : l’abandon d’une œuvre en cours d’écriture, le remodelage par un remaniement structurel ou une réorientation idéologique, enfin le reniement d’une œuvre publiée.
Parmi les raisons qui expliquent l’arrêt d’un projet de création, certaines sont bien sûr hétéronomes (la maladie ou la mort de l’auteur en particulier), mais les plus importantes relèvent de la dynamique créative elle-même : du sentiment qu’un écrivain éprouve d’aboutir à une impasse, ou de la survenue d’un nouveau projet qui se substitue purement et simplement au premier. Les mises à l’écart ne sont pas à envisager nécessairement comme les preuves de purs et simples échecs : quel que soit le degré d’inaboutissement d’un projet, il est toujours dynamiquement lié aux productions en cours ou à venir.
Témoignant au grand jour de l’insatisfaction qu’un auteur éprouve face à l’une de ses œuvres publiées, le remodelage implique une transformation d’une ampleur telle qu’elle s’étend au-delà des simples corrections, ajouts ou soustractions et déplacements qui accompagnent une réédition. Il est une modalité hyperbolique du remaniement, une transformation structurelle qu’un écrivain impose à un texte éventuellement déjà paru, et qui peut avoir pour effet et à tout le moins pour but de renvoyer dans les limbes la ou les première(s) version(s). Mais si les modifications apportées impliquent que le second texte n’est pas le même que le premier, quel statut faut-il précisément reconnaître au premier ?
Le reniement touche le plus souvent les œuvres de jeunesse. Mais quelle qu’en soit la raison, cet acte a ceci de frappant que, tout en restant littéralement le même, le texte renié se voit déplacé par décret de l’auteur lui-même aux marges de sa production, et n’est plus lisible que dans cette nouvelle condition de rebut. Cet acte transgressif va à l’encontre de notre foi dans l’intention auctoriale, en tant que source et caution du sens ainsi que de la valeur de l’œuvre. La question se pose toutefois de savoir en fonction de quels critères formels on juge qu’il y a reniement. Faut-il nécessairement qu’il y ait une déclaration expresse et motivée de l’écrivain ? Cette déclaration doit-elle avoir été rendue publique et avoir eu pour effet d’empêcher la réédition du ou des textes concerné(s) ?

Ce colloque se place dans la continuité d’une série de travaux organisés par le CÉRÉdI autour de la notion d’œuvre : L’Ombre dans l’œuvre (dir. Marianne Bouchardon et Myriam Dufour-Maître en 2011, actes publiés chez Garnier en 2015), L’Œuvre inclassable (dir. Marianne Bouchardon et Michèle Guéret-Laferté en 2015, actes publiés dans les « Publications numériques du CÉRÉdI »), « D’outre-tombe » : vie et destin des œuvres posthumes (dir. Aurélien Davout et Alex Pepino en juin 2018), et L’Imperfection littéraire et artistique (dir. Xavier Bonnier et Sylvie Laigneau-Fontaine à l’université de Dijon en mars 2018 et à l’université de Rouen en mars 2019).



Visites

16 aujourd'hui
104 hier
366221 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés