Soutenance de thèse – Aurélien d’Avout – 16 novembre 2020

vendredi 13 novembre 2020

M. Aurélien d’Avout soutiendra le lundi 16 novembre 2020 à 14 h,
sa thèse de littérature française intitulée :
Le territoire recomposé. Conscience géographique et expérience de l’espace dans les récits de la France défaite (1940).

Le jury comprendra :
Mmes Marie-Hélène Boblet, Nathalie Piégay, Françoise Simonet-Tenant (directrice) ; MM. Jean-Louis Jeannelle (co-directeur), Jean-Yves Laurichesse, Pascal Ory.

Résumé
Cette thèse porte sur les représentations spatiales du territoire français que les récits de la débâcle et de l’exode tout à la fois révèlent, mettent en forme et reconfigurent. Elle vise à considérer la poétique du récit de guerre sous un angle géographique ainsi qu’à élargir le champ de la géographie littéraire vers de nouveaux terrains historiques et méthodologiques. Le corpus, mixte, comprend à la fois des textes de fiction (Aragon, Gracq, Merle, Némirovsky, Robbe-Grillet, Simon, Vialatte), des témoignages (Saint-Exupéry, Sartre, Werth), des Mémoires (de Gaulle) et des essais historiques (Marc Bloch).
La première partie montre de quelle manière les récits font apparaître la France comme une fiction de territoire. Elle explore également les différentes modalités de perception de l’espace au cours de la traversée du pays. La zone de guerre se caractérise par son ambivalence tandis que l’appréhension du temps est elle-même altérée.
L’enseignement de la géographie de la France sous la Troisième République, dont les écrivains sont imprégnés, se fonde sur un paradigme présentant le territoire français comme une totalité cohérente et harmonieuse. La perte de « conscience géographique » éprouvée par les individus au cours de mai-juin 1940, ainsi que la manière dont les œuvres littéraires en rendent compte, bouleversent une telle représentation idéalisée.
On s’intéresse enfin aux logiques de recomposition de l’espace national. De nombreux auteurs réagissent à l’effondrement de la France en élaborant une « patrie intérieure » de substitution. Les récits plus tardifs réagencent quant à eux les dynamiques spatiales du conflit, jusqu’à en influencer la mémoire collective.



Visites

65 aujourd'hui
117 hier
470588 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés