Soutenance de thèse - Jeanne Stranart - 14 novembre 2014

vendredi 7 novembre 2014

Jeanne STRANART soutiendra sa thèse de doctorat

Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo. Édition et étude comparative des années 1833-1835, 1845, 1866-1869

le 14 novembre 2014

à 14h,
à l’Université de Rouen, UFR des Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle du Conseil Danièle Roussel,

devant un jury composé de
Mme Françoise Simonet-Tenant (co-directrice, Université de Rouen),
Mme Florence Naugrette (co-directrice, Université Paris-Sorbonne),
Mme Brigitte Diaz (Université de Caen),
M. Jean-Marc Hovasse (CNRS/ITEM).

Résumé
Du 16 février 1833, date présumée du premier billet, au 1er janvier 1883, dernière lettre qui nous soit parvenue, Juliette Drouet écrivit plus de vingt-deux mille lettres à Victor Hugo : cinquante années à écrire tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Le corpus étudié ici est composé de huit années de correspondance. Grâce à l’édition et l’étude comparative de trois périodes distinctes — de 1833 à 1835, 1845 et de 1866 à 1869 — cette thèse montre l’évolution de la pragmatique et de la pratique scripturale de l’épistolière. Cette étude révèle la richesse des lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo qui présentent un triple intérêt : historique, biographique et littéraire. Elles sont un témoignage de la vie quotidienne au XIXe siècle, de la vie des femmes et plus particulièrement de la vie d’une femme entretenue. Véritables documents socio-historiques, elles apportent des renseignements sur les habitudes d’hygiène et de santé de l’époque. Ces lettres sont un témoignage biographique de la vie de Juliette Drouet et de Victor Hugo, un témoignage de leur vie d’amants, mais aussi de la vie littéraire, politique et familiale de Victor Hugo. Leur intérêt littéraire est double : elles mettent en lumière les méthodes de travail de Victor Hugo dans son processus créatif et elles soulèvent une réflexion littéraire générique. En effet, elles sont à la fois une correspondance et un journal personnel. La correspondance initiale s’est rapidement métamorphosée en une écriture introspective, donnant naissance à un genre hybride entre la lettre-journal et le journal épistolaire.

Abstract
From February 16th, 1833, presumed date of the first letter, to January 1st, 1883, last letter in our possesion, Juliette Drouet wrote over twenty two thousand letters to Victor Hugo. She wrote everyday, sometimes several time in a day for fifty years. The corpus which we studied is composed of eight years of correspondence. We edited and studied three periods : from 1833 to 1835, 1845 ans from 1866 to 1869. This thesis shows the evolution of the pragmatic ans pratical scriptural of the writer. This study gives away the wealth of the Juliette Drouet’s letters to Victor Hugo. These letters have a triple interest : historical, biographical and literary. It is a everyday life’s testimony of the 19th century, a women life’s testimony ans especialy a kept woman life’s testimony. These true documents socio-historical give us informations about the ways of hygiene ans health of this time. These letters are a biographical’s testimony of Juliette Drouet and Victor Hugo’s life, of the lover’s life and also a testimony of the literary, political and family’s life of Victor Hugo. The literary’s interest is double : the letters show the work’s methods of Hugo and they rouse a generic literary question. These letters are a correpondence but also a diary. At the beginning, it was a correspondence which metamorphosed in a introspective writing. Finaly, it’s an hybrid gender, between a letter-diary and a diary epistolary.



Visites

16 aujourd'hui
52 hier
334846 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés