« Spectres de Mallarmé » – 3-10 juillet 2019


Spectres de Mallarmé

Colloque de Cerisy-la-Salle
3-10 juillet 2019

Organisateurs : Bertrand Marchal, Jean-Luc Steinmetz, Thierry Roger

Depuis sa mort, c’est-à-dire depuis sa vie posthume particulièrement polymorphe, Mallarmé ne cesse de nous hanter : revenant, survenant. Plus de cent vingt ans de lectures, de relectures, de réécritures, de recréations, conduisent à réinterroger l’œuvre, comme la relation critique à cette même œuvre. D’un côté, l’investigation philologique a renouvelé en profondeur notre connaissance du texte et du contexte. La publication des Œuvres complètes dans la collection « Bibliothèque de la Pléiade » avec ses deux volumes dotés d’un riche appareil critique (1998 et 2003), accompagnée de deux nouvelles enquêtes biographiques (1994 et 1998), en attendant un nouvel état de la correspondance générale destiné à paraître de manière imminente chez Gallimard, offrent un autre point de vue sur le poète. Mallarmé revient aussi à travers un certain nombre de thèses de doctorat marquantes, à travers la continuation, depuis 2013, des cahiers consacrés au poète (Études Stéphane Mallarmé, Classiques Garnier), et bien entendu, à travers une série de nouvelles exégèses, qui montrent en particulier un intérêt significatif des historiens de l’art et des philosophes pour l’auteur de Divagations. Mais d’un autre côté, les travaux plus « archéologiques » ou « généalogiques » posent la question de la réception et des usages de l’œuvre, le passage complexe de « Mallarmé » au « mallarméisme », avec son envers, « l’anti-mallarméisme ». C’est un Mallarmé qui survient, rendu contemporain des avant-gardes en tout genre, inséré dans le grand récit de la « modernité », transformé dans le mouvement à large spectre de sa re-contextualisation. L’histoire de ces réappropriations, entre littérature, arts, et sciences humaines, doit être précisée.
Tout cela rend presque indispensable un nouveau colloque à Cerisy, moment précieux d’échanges et de confrontations. Celui dont la poésie et la poétique n’ont cessé de questionner la façon de penser la « fiction » et la société, comme le jeu du langage et du « hasard », demeure un repère pour les temps présents. Universitaires, essayistes, philosophes, écrivains trouveront là l’occasion de faire le point et de relancer les dés.


Visites

60 aujourd'hui
142 hier
393908 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés