Thomas Corneille


Colloque international organisé à l’occasion du tricentenaire de sa mort, à Rouen, les 7 et 8 décembre 2009, en collaboration avec le Mouvement Corneille

Organisé, avec le soutien de la Région Haute-Normandie, par l’équipe « Âge classique » du CÉRÉdI à l’occasion du quatrième centenaire de la mort de Thomas Corneille et sous l’égide d’un comité scientifique international : Mmes Daniela DALLA VALLE (Turin), Delphine DENIS (Sorbonne), Liliane PICCIOLA (Paris-Ouest), Claudine POULOUIN (Rouen), et MM. Christian BIET (Paris-Ouest), Georges FORESTIER (Sorbonne), Chistopher GOSSIP (Armidale, Australie) et Gaël LE CHEVALIER (CPGE Bordeaux), le colloque a réuni seize chercheurs dont huit venus de divers pays étrangers (Australie, Italie, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Espagne).

Il a été précédé, accompagné et suivi de diverses manifestations (expositions, conférences et lecture-spectacle) en direction d’un public élargi :

. une lecture-concert à la BM de Rouen : « Voix mêlées : Thomas Corneille et Marin Marais », par Ivan MORANE, metteur en scène et comédien et Silvia LENZI, gambiste ;

. l’exposition « Trésors à la page » consacrée à Thomas Corneille, organisée par la BMR ;

. des conférences au Musée P. Corneille de Petit-Couronne et au Musée Corneille de Rouen.

Cette fructueuse collaboration se poursuivra par une publication conjointe, qui réunira aux actes du colloque les catalogues illustrés des expositions.

Ce colloque est le tout premier, dans l’histoire, consacré à Thomas Corneille lui-même. Toujours envisagé dans sa relation à son illustre aîné, ou parmi les dramaturges dits « mineurs » contemporains de Racine, Thomas Corneille méritait en effet, à l’occasion du quatrième centenaire de sa disparition, une attention particulière et dégagée des préjugés.

C’est en effet à une véritable (re)découverte que le colloque a procédé, balayant la quasi-totalité d’une œuvre de plus de quarante titres. L’accent néanmoins a porté essentiellement sur le théâtre, qui connut à l’époque un immense succès et qui mérite indubitablement, pour certaines pièces, l’attention des metteurs en scène actuels. Le rôle majeur de Thomas Corneille dans le triomphe de l’esthétique galante, des Modernes et du « règne de la critique » a été ainsi mis en lumière : polygraphe infatigable, adaptateur avisé, publiciste hors-pair, Thomas Corneille illustre de façon exemplaire une double stratégie de réussite institutionnelle et de succès auprès d’un public qu’il contribue à faire émerger dans sa définition moderne. « Connivence », mais aussi « dissonance », « parodie », « ambiguïté », « audace » ont été souvent les maîtres mots de communications qui se sont attachées à dégager, à distance de l’image toute faite du « cadet de Normandie », les traits constitutifs d’un homme de « frontières et de transferts » (Cl. Poulouin).

C’est donc toute l’intelligence du tournant du XVIIe siècle qui se trouve enrichie par les conclusions de ces travaux, à paraître aux Presses des Universités de Rouen-Le Havre. Outre les communications et l’apparat critique utile (introduction, index, bibliographie, etc.) le volume comportera une importante section d’illustrations en provenance des musées Corneille, réunissant donc, sous forme électronique et imprimée, l’essentiel des manifestations régionales de cette commémoration.

Table

Thomas Corneille et l’Espagne

Montserrat SERRANO, Université de Grenade (Espagne), Inspiration et francisation : de El amor al uso à L’Amour à la mode, ou comment aimer « à la française »

Monica PAVESIO, Université de Turin (Italie), Un phénomène d’adaptation composite : les comédies à l’espagnole de Thomas Corneille

Liliane PICCIOLA, Université Paris-Ouest, De Pierre à Thomas Corneille, dramaturgies comiques du « cas exquis »

Thomas Corneille et la galanterie

Catherine DUMAS, Université LILLE III, Figures de la dissonance dans trois comédies de Thomas Corneille

Perry GETHNER, Université d’État Oklahoma (USA), Perversions de l’amour galant dans les tragédies de Thomas Corneille

Gaël LE CHEVALIER, CPGE Bordeaux, Un exemple de connivence culturelle : Le Berger extravagant de Thomas Corneille

Myriam DUFOUR-MAÎTRE, Université de Rouen, L’œuvre de Thomas Corneille : un « triomphe des dames » ?

Mutations de la tragédie

Christopher GOSSIP, Université de New England (Australie), La Rome de Thomas Corneille.

Suzanne GUELLOUZ, Université de Caen, Annibal dans l’œuvre de Thomas Corneille

Dario CECCHETTI, Université de Turin (Italie), Ariane et Médée, ou la mise en parodie du langage tragique

Richard GOODKIN, Université du Wisconsin-Madison (USA), Le compte des sexes : Thomas Corneille et l’héroïsme au féminin

D’un siècle à l’autre

Sarah NANCY, Université Paris III, Parler d’amour dans le théâtre de Thomas Corneille

William BROOKS, Université de Bath (GB), Regards sur quelques pièces de Thomas Corneille à la lumière de la notice nécrologique de Jean Donneau de Visé

Jan CLARKE, Université de Durham (GB), La fin d’une si longue carrière : les dernières pièces de Thomas Corneille

Emmanuel MINEL, CPGE Brest, La vivacité dans le théâtre de Thomas Corneille : la légèreté d’un cadet du Grand Siècle en route vers le Siècle des Lumières

Claudine POULOUIN, Université de Rouen, Les audaces tranquilles de Thomas Corneille, homme de transfert et de frontières

Bibliographie

Index des personnes et des œuvres

Cahier d’illustrations en provenance des Musées Corneille de Rouen et de Petit-Couronne


Visites

10 aujourd'hui
160 hier
371328 depuis le début
7 visiteurs actuellement connectés